Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/12/2011

Les Etats-Unis fossilisés

 

Les Etats-Unis ont reçu pour la énième fois l’infâme « Fossile du jour » de la part du mouvement environnemental, qui remet ce prix chaque jour au pays qui a contribué de la manière la plus négative qui soit à la progression des négociations climatiques.

 

La raison de cette distinction peut enviable est que les Etats-Unis ont fait savoir qu’ils ne s’engageraient pas envers des objectifs climatiques contraignants  avant 2020. Cela veut dire que parvenir à un accord global contraignant d’ici 2015 sera encore plus difficile de prévu, au vu de la position de ce pays. Pire, les Etats-Unis ignorent les avertissements explicites et répétés, qui proviennent entre autres du United Nations Environment Programme (UNEP), qui signalent que nous devons prendre des mesures urgentes afin de limiter le réchauffement climatique en-dessous du seuil dangereux des 2°C.

 

Il y a quelques années, on attendait beaucoup des Etats-Unis. L’arrivée de Barack Obama allait amener du changement dans le pays, qui n’a jamais ratifié le Protocole de Kyoto. Nous avons tous voulu croire aux bonnes intentions du Président américain, mais il a malheureusement montré au bien connu Sommet de Copenhague qu’il n’était pas celui qui inverserait la tendance. Dans son propre pays, il n’a pas réussi à convaincre et sa proposition de loi climat a été refusée par le parlement. Son administration n’a pas été plus loin que de renforcer les objectifs sur l’efficacité énergétique des voitures.

 

La réalité politique aux Etats-Unis peut expliquer la position américaine aujourd’hui dans les négociations. On voit que même le Président ne peut influencer la politique climatique de son pays. Le parti républicain, qui a la majorité à la Chambre des Représentants, est bien connu pour être peu progressiste quant à la problématique climat. Pour ceux qui en doutent, je vous invite à taper la combinaison « Rick Perry » et « Climate Change » dans YouTube… En 2012, il y aura des élections présidentielles aux Etats-Unis : on espère vivement que le prochain Président voudra et pourra emmener son pays vers plus d’ambition climatique.

 

Mais pour en revenir aux négociations climatiques, une idée circule : avancer sans les Etats-Unis au sein d’une « coalition of the willing », faite de pays qui veulent faire progresser les négociations. J’ai discuté de cela avec ma collègue américaine. Elle ne croyait pas à cette stratégie et pensait plutôt qu’une coalition des Etats-Unis, de la Chine et de l’Inde se formera et fera opposition à des objectifs contraignants. A deux jours de la fin de la Conférence Climat à Durban, elle semble avoir raison… Affaire à suivre !

Jan Vandermosten, WWF-Belgique

 

 



 

Les commentaires sont fermés.